Au cours d’un déjeuner hier avec des députés UMP, le président de la République a fait part de sa réserve face à l’arrivée d’un opérateur mobile « low cost » comme Free. Un candidat qui ne s’engagerait pas dans une guerre des prix bénéficierait des faveurs de l’Elysée. Suite : les Echos